Pérégrinations sur le Camino del Norte

En octobre-novembre 2008, mes jambes ont foulé un des chemins de Saint-Jacques, la Via de la Plata, de Séville à Santiago. En août 2012, c'est reparti pour le Camino del Norte, un peu plus de 800 km de marche entre Irun et Santiago ! Au fil de 30 jours de progression, j'ai tenu avec plus ou moins d'assiduité mon fidèle carnet de route (moins sur la fin, la fatigue et le ras le bol des carreteras prenant le dessus...) et ai pu envoyer quelques photos sur ce blog. De retour au pays et prenant mon courage à deux mains, j'ai affûté ma plume pour retranscrire aussi fidèlement que possible mes impressions, doublées de réflexions sur le Camino. Ci-dessous, le récit de mes pérégrinations et des photos pour chaque étape ...

CAMINO DEL NORTE (TOUTES MES ETAPES)



03/08/2012

J5 - 03/08/12 : Markina - Gernika (25 km)

Gernika
"Tiran más dos tetas que dos carretas". Voici la phrase du jour, pleine de réalisme, que m'apprend David. Ce pèlerin madrilène originaire de Salamanca avec qui je papoterai toute l'étape - et encore bien d'autres plus tard - deviendra en quelque sorte mon professeur particulier d'espagnol jusqu'à Santiago.

Le chemin est également un subtil équilibre pas toujours facile à trouver entre une marche solitaire propice à l'introspection et à la réflexion, histoire de "se retrouver", et une marche en groupe, socialement riche et propice aux échanges et aux rencontres.

Gernika
Pour l'heure, les bois de pins alternent avec des vergers et de très beaux villages. Trop absorbés par nos conversations, nous passerons parait-il sur un superbe pont dont je n'ai aucun souvenir. Les km défilent ainsi rapidement et en moins de six heures, l'étape est bouclée.

Chloé mais surtout Isabelle arrivent les pieds en lambeaux à l'auberge de jeunesse de Gernika. Les pronostics des médecins de l’hôpital sont formels pour Isabelle : fini le Camino ! Ses cloques se sont transformées en plaies ouvertes qui empêchent toute marche future pendant plusieurs jours au moins. C'est la dure loi du chemin, "la selección del Camino", comme nous l'évoquerons au fil des épreuves quotidiennes et qui deviendra vite un sujet de gentilles railleries entre nous. Dans ses formes la plus classiques, la sélection exerce ses effets sous forme de douleurs diverses aux pieds, d'ampoules ou de petites tendinites... Les plus chanceux s'en sortiront avec un peu de pommade, quelques sparadraps ou 'second skin'... Quant aux autres...

Hier, mes pensées étaient absorbées par les effets de la concurrence engendrée par le manque de logement sur le Camino. A l'ère du téléphone portable, les réservations vont bon train pour les hébergements privés (auberges privées, auberges de jeunesse, pensions, hôtels), les auberges publiques ne l'étant fort heureusement pas. Et aujourd'hui, je suis faillible et j'y succombe...

Bon à savoir :
  • Auberge de jeunesse de Gernika (logement + breakfast) : 17,50 € (< 25 ans) / 21,20 € (> 25 ans). 5 € en sus pour le souper.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire